Vérifiez en 2 minutes si vos charges de copropriété sont trop élevées

UNPI78 vous offre le comparateur de charges MeilleureCopro.

L’UNPI vous accueille

22 Rue du Général Leclerc 
78000 VERSAILLES

Tél : 01.39.50.74.01

mardi ET jeudi
de 13 H 30 à 18H30

Le samedi matin (sur rendez-vous)
de 10H00 à 12H00

contact@unpi78.fr

Actualités

LOI DE FINANCE POUR 2020

LOI DE FINANCE POUR 2020

en savoir +

Séquestration du dépôt de garantie : c’est non !

Séquestration du dépôt de garantie : c’est non !

en savoir +
Accueil  -  Actualités

19 octobre 2017

Hausse des taxes foncières : l’avenir de la propriété en péril !

Hausse des taxes foncières : l’avenir de la propriété en péril !

Hausse des taxes foncières : l’avenir de la propriété en péril !


Lors de la 11ème édition de l’Observatoire des taxes foncières sur les propriétés bâties, Jean Perrin,
président de l’UNPI, a démontré qu’entre 2011 et 2016, la taxe foncière a augmenté de
14,01 % en moyenne sur le territoire français.


La hausse de la taxe foncière est quatre fois et demie supérieure à l’inflation constatée entre octobre
2011 et octobre 2016 (estimée à 3,03 % par l’INSEE) et trois fois et demie supérieure à l’augmentation
des loyers entre 2011 et 2016 (estimée à 3,76 % par l’Observatoire Clameur).
Si cette dérive continue, les propriétaires occupants seront asphyxiés et les propriétaires bailleurs ne
tireront plus aucune rentabilité de leurs locations.


Cependant, les premiers chiffres disponibles pour 2017 illustrent un effort de modération de la part
des départements et des grandes villes (la taxe foncière y augmente de 0,97 % en un an, contre
3,78 % entre 2015 et 2016). Par ailleurs, les valeurs locatives, assiette de l’impôt foncier, seront
désormais revalorisées annuellement en fonction de l’inflation réelle et non l’inflation prévue.
Jean Perrin, président de l’UNPI, espère que les bons résultats relatifs de 2017 signifient la fin du
dérapage de la taxe foncière. Sans quoi les propriétaires occupants seront obligés de vendre et les
propriétaires bailleurs se reporteront sur d’autres investissements que la pierre, au détriment de
l’offre locative.